Une lettre bienveillante de Lincoln à une république minuscule mais admirative

(disponible uniquement en anglais et en espagnol)

Lincoln et la Cour suprême : Peu de drame, beaucoup d’impact

disponible uniquement en anglais et en espagnol

La lecture, l’écriture et le chiffrement : Le jeune Abraham Lincoln à l’école

(disponible uniquement en anglais et en espagnol)

Le « Discours perdu » de Lincoln : Son plus grand discours jamais ? (version abrégée)

[Ce qui suit est une version abrégée ; la version complète de l’article du blog est disponible en anglais et en espagnol.]

Vous avez entendu parler de l’adresse de Gettysburg d’Abraham Lincoln, peut-être même la mémorisé.  Vous pourriez également être au courant de son discours « Une maison divisée », de son discours de Cooper Union et de ses deux discours inauguraux.  Pourtant, certains prétendent que le plus grand discours de Lincoln n’était pas un de ceux-là, mais plutôt un discours que vous n’avez jamais lu ni récité, pour la simple raison qu’il a été perdu dans l’histoire.

Il est connu simplement comme le « Discours perdu », et il a été prononcé à Bloomington, IL le 29 mai 1856 à un moment extrêmement tendu et tumultueux.  Le nouveau parti républicain avait été formé pour lutter contre l’extension de l’esclavage à l’ouest et le nord, et la première convention d’état républicain de l’Illinois avait lieu à Bloomington ce jour-là.

Lincoln a été très impliqué dans la convention, mais il a été court-circuité pour ce qu’il aurait souhaité le plus : une occasion de s’adresser à la foule.  Comme la convention tirait à sa fin vers 17h30, cependant, certains des hommes ont commencé à appeler pour Lincoln pour qu’il parle.

L’histoire traditionnelle est que le discours qui a suivi a été ‘perdu’ parce que les journalistes et les autres étaient tellement captivés qu’ils ont arrêté de prendre des notes.  William Herndon, ami et avocat associé de Lincoln, a prétendu qu’il « a essayé pendant environ quinze minutes … de prendre des notes, mais à la fin de ce temps j’ai jeté la plume et le papier et j’ai vécu seulement dans l’inspiration de l’heure.  Si M. Lincoln mesurait six pieds et quatre pouces de hauteur en général, à Bloomington ce jour-là il mesurait sept pieds, et de surcroît il était inspiré. »

Cependant, il est tout aussi probable que Lincoln et les autres dirigeants du parti aient délibérément supprimé sa publication, étant donné qu’il a dirigé ses paroles à une foule très partisane.  Dans une année électorale, ce n’était pas le genre de message qui aurait été politiquement opportun de partager avec un public plus large.

Mais cela ne signifie pas que les journaux, ainsi que les individus, n’ont pas rendu compte du discours de Lincoln.  Herndon l’a appelé « plein de feu et d’énergie et de force : c’était de la logique ; c’était du pathos ; c’était l’enthousiasme ; c’était la justice, l’équité, la vérité et le droit embrasés par les feux divins d’une âme rendue folle par le mal ; il était dur, lourd, épineux, noueux, soutenu par la colère ».

Le rédacteur en chef ‘Long John’ Wentworth du Chicago Democrat a rapporté que « Abraham Lincoln pendant une heure et demie a tenu l’assemblage envoûté par la puissance de son argumentation, l’ironie intense de ses invectives, l’éclat de son éloquence.  Je ne gâterai aucun de ses belles proportions en essayant même un résumé de celui-ci. »

Le seul journal qui a tenté un résumé semble être le Alton Weekly Courier, qui a rapporté : « Abraham Lincoln, du Sangamon, est venu sur la plate-forme au milieu des applaudissements assourdissants.  Il a énuméré les raisons pressantes du mouvement actuel.  Il était ici prêt à fusionner avec quiconque voudrait s’unir à lui pour s’opposer au pouvoir esclavagiste ; il a parlé du ‘croque-mitaine’ de la désunion qui était si vaguement menacé.  Il convient de rappeler que l’Union doit être préservée dans la pureté de ses principes ainsi que dans l’intégrité de ses parties territoriales.  Ce doit être ‘Liberté et Union, maintenant et pour toujours, une et inséparable’.  Le sentiment en faveur de l’esclavage blanc prévalait maintenant dans tous les journaux des États esclavagistes, à l’exception de ceux du Kentucky, du Tennessee, du Missouri et du Maryland.  Tel était les progrès de la démocratie nationale.  Douglas a une fois réclamé contre lui que la démocratie favorisait plus que ses principes, les droits individuels de l’homme.  N’était-il pas étrange qu’il doive se tenir debout là maintenant pour défendre ces droits contre leur ancien chantre ?  La Démocratie Noire essayait de citer Henry Clay pour réconcilier les vieux Whigs avec leur doctrine, et les remboursait avec le compliment très sournois des Whigs nationaux. »

Le principal objectif de Lincoln semble avoir été d’unir tous les éléments disparates coalescents puis dans le nouveau Parti républicain, en les incitant à mettre de côté leurs différences et à s’engager sans réserve dans le mouvement de lutte contre l’extension de l’esclavage.  Le pouvoir esclavagiste de plus en plus violent doit être combattu, Kansas doit être libre, les principes républicains doivent être préservés et l’Union doit être maintenue.

Dans le jugement d’Elwell Crissey, qui a écrit le livre définitif sur le discours en 1967, de façon appropriée intitulé Le discours perdu de Lincoln [Lincoln’s Lost Speech], seulement deux brèves citations sont sans aucun doute conservées.  La première est venue près du début, lorsque Lincoln répondait à un appel alarmant fait par James Emery du Kansas, le dernier intervenant à la convention, qui avait appelé à des hommes armés pour aller au Kansas.  Lincoln a exhorté la modération et une approche différente : « Non, mes amis, je vais vous dire ce que nous ferons.  Nous attendrons jusqu’en novembre, puis nous tirerons des bulletins de vote sur eux. »  Lincoln retournerait à ce thème des « bulletins, pas des balles » dans des discours ultérieurs, y compris son message du 4 juillet 1861 au Congrès.  La deuxième citation bien documentée est venue près de la fin, lorsque Lincoln parlait contre le ‘croque-mitaine’ de la dissolution : « Nous disons à nos frères du Sud : ‘Nous ne sortirons pas de l’Union, et vous ne le ferez pas !’ »

Bien que le discours original de Lincoln a été ‘perdu’, je suis heureux d’annoncer que le public au « Lincoln’s Festival on Route 66 » dans cette même ville de Bloomington a eu droit à une recréation de celui-ci le dimanche dernier !  C’est vrai, j’ai trouvé tout ce que je pouvais à son sujet et j’ai reconstitué ce que je pense être un fac-similé raisonnable, bien qu’abrégé à environ une demi-heure.  Avec le matériel d’introduction et de conclusion, c’est fait un beau programme d’une heure, que j’offre maintenant à qui veut l’entendre afin qu’ils puissent décider eux-mêmes si c’était vraiment le plus grand discours de Lincoln jamais.

Kevin J. Wood

28 juillet 2018

Le discours de Gettysburg : Paroles mémorables, actes mémorables

[Ce qui suit est une version abrégée ; la version complète de l’article du blog est disponible en anglais et en espagnol.]

À cette date en 1863, Abraham Lincoln a prononcé à Gettysburg, Pennsylvanie ce qui deviendrait son discours le plus célèbre.  Ceci est suprêmement ironique considérant que le discours lui-même contient les mots : “le monde notera peu, ni se souviendra longtemps, ce que nous disons ici”.

La coutume de Lincoln était de commencer à composer des discours majeurs plusieurs semaines ou même des mois à l’avance, et de s’inspirer des thèmes et des idées auxquels il avait pensé depuis un certain temps.  L’allocution en Gettysburg serait son occasion de parler au peuple américain de l’importance de la guerre civile dans le contexte du passé, du présent et de l’avenir de la nation.  Le président voulait, et avait besoin de, faire les choses correctement.

Plus tôt cet été, dans un discours spontané, Lincoln avait dit : « Depuis combien de temps est-il ? – quatre-vingts années à peu près – depuis le quatre juillet, pour la première fois dans l’histoire du monde, une nation, par ses représentants, s’est réunie et a déclaré comme une vérité évidente que ‘tous les hommes sont créés égaux’ ».

Prenant la parole à Gettysburg, ce « quatre-vingts années à peu près … » est alors devenu :

Il y a quatre-vingt-sept ans, nos pères ont donné naissance sur ce continent à une nouvelle nation, conçue dans la liberté, et dédiée à la thèse selon laquelle tous les hommes sont créés égaux.

Après cette observation sommaire du passé – en particulier de la Déclaration d’Indépendance et la fondation de notre nation sur les bases de la liberté et de l’égalité – Lincoln a tourné son attention vers le présent :

Maintenant nous sommes engagés dans une grande guerre civile, qui prouvera si cette nation ou toute autre nation ainsi conçue et ainsi dédiée peut durer longtemps.

Les événements des décennies précédentes suggéraient en effet que les nations modernes établies comme républiques ou démocraties étaient vouées à l’échec.  Le Mexique voisin était un exemple parfait, ayant été repris par l’empereur français Napoléon III moins de deux ans auparavant.

Lincoln a ensuite attiré l’attention de son auditoire sur l’objectif principal de la cérémonie ce jour-là : rendre hommage aux soldats de l’Union qui avaient fait le sacrifice ultime lors de la terrible bataille du 1er au 3 juillet :

Nous sommes réunis sur un grand champ de bataille de cette guerre.  Nous sommes venus pour dédier une partie de ce champ qui deviendra le lieu du dernier repos de tous ceux qui ont ici donné leur vie afin que cette nation puisse vivre.  Il est complètement approprié et convenable que nous fassions cela.

Mais, dans un sens plus large, nous ne pouvons pas dédier, nous ne pouvons pas consacrer, nous ne pouvons pas sanctifier ce sol.  Les hommes courageux, vivants et morts, qui ont lutté ici, l’ont consacré bien au-dessus de notre pauvre pouvoir d’ajouter ou de diminuer.  Le monde ne remarquera guère, ni ne se souviendra longtemps, ce que nous disons ici, mais il ne pourra jamais oublier ce qu’ils ont fait ici.

Lincoln croyait sincèrement que les actes des soldats étaient plus importants que ses paroles.  La guerre aurait pu être gagnée sans ses paroles, mais elle n’aurait jamais pu être gagnée sans leurs actes.

Après avoir regardé vers le passé et considéré le présent, Lincoln a conclu en regardant vers l’avenir : Comment devrions-nous qui restent répondre ?

C’est plutôt à nous, les vivants, d’être dédiés ici à l’œuvre inachevée que ceux qui ont combattu ici ont jusqu’à ce point si noblement avancée.  C’est plutôt à nous d’être ici dédiés à la grande tâche qui reste devant nous – que de ces morts honorés nous prenions une dévotion accrue à cette cause pour laquelle ils ont donné la dernière pleine mesure de dévotion – que nous résolvions ici hautement que ces morts ne soient pas morts en vain – que cette nation, sous l’égide de Dieu, ait une nouvelle naissance de la liberté – et que le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple, ne disparaisse pas de la terre.

Lincoln a de nouveau rappelé aux gens que la lutte n’était seulement pour la survie de l’Union, mais aussi pour la survie de la démocratie à travers le monde : « que le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple, ne disparaisse pas de la terre ».

Cette dernière phrase a eu un impact mondial.  Pour ne citer qu’un exemple, quand le peuple de France a adopté une nouvelle Constitution en 1958 pour sa Cinquième République, il a inclus la déclaration suivante : « Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ».

Les paroles éloquentes et mémorables de Lincoln à Gettysburg vivent encore aujourd’hui, plus de 150 ans plus tard.  Bien qu’ils aient peut-être contribué à éveiller et à inspirer les gens de son époque, n’oublions pas que ce sont les actes courageux des soldats qui ont finalement remporté la guerre et préservé l’Union.

Comme on le dit, après tout, les actions parlent plus que les mots, ou comme le dit la devise du navire naval USS Gettysburg : « des actes, pas des mots ».

Puissions-nous nous souvenir des paroles de Lincoln et être prêts disposés à prendre la parole pour les causes de la liberté, de l’égalité et de la démocratie dans notre temps, mais souvenons-nous aussi des actes des soldats et serons-nous également prêts à agir lorsque nous sommes appelés.

Kevin J. Wood

19 novembre 2017

Abraham Lincoln, suprémaciste blanc ?

(disponible uniquement en anglais et en espagnol)

Kevin J. Wood

17 août 2017

L’éloge de Lincoln sur le président Taylor : Un exemple pour les autres, Lincoln lui-même inclus

(disponible uniquement en anglais et en espagnol)

Sur le sacrifice et la souffrance : L’aperçu du Memorial Day par Lincoln

(disponible uniquement en anglais et en espagnol)

Un président-élu à une nation divisée : Soyez gentil et faites du bien !

(disponible uniquement en anglais et en espagnol)

La convention de Cleveland (de 1864) : Les républicains mécontents nommer un auto-promoteur effronté

(disponible uniquement en anglais et en espagnol)