Premier discours inaugural de Lincoln : Constitution et Union

[Ce qui suit est une version abrégée ; la version complète de l’article du blog est disponible en anglais et en espagnol.]

J’ai inauguré mon blog il y a deux semaines le 4 mars, soulignant que c’était à cette date dans l’année 1789 que la Constitution des États-Unis est entré en vigueur et notre gouvernement a pris la forme qu’il a encore aujourd’hui, et c’était aussi la date à laquelle nos inaugurations présidentielles ont eu lieu jusqu’à l’année 1933.

Il n’est donc pas du tout surprenant que lorsque le président élu Abraham Lincoln a pris le serment d’investiture le 4 mars 1861 – sept des 15 états du Sud ayant récemment fait sécession de l’Union et les huit autres menaçant de quitter ainsi – la Constitution était avant tout dans son esprit. Il a tenté de trouver un équilibre apparemment impossible : persuader le Sud de retourner volontairement du chemin qu’il avait pris sans compromettre l’intégrité de la Constitution et le système gouvernemental. La Constitution a eu 72 ans ce jour-là, à peu près la durée de vie humaine. Approchant ce grand document, et le pays qu’il gouverné, aussi à sa fin ? Il semblait certainement ainsi.

Lincoln répété tout d’abord la position très claire de sa nouvelle administration sur la question de l’esclavage, afin de rassurer le Sud : il n’interférerait pas avec l’esclavage dans les états où il existait déjà et était protégé par la Constitution. Il a ensuite exposé son cas que l’Union était perpétuelle, qu’aucun état ne pouvait quitter l’Union sans le consentement des autres, ainsi que d’autres arguments contre la sécession mélangé avec d’autres appels à la raison et la maîtrise de soi. Sur certains points, Lincoln a fait adopter une position ferme ; la Constitution, après tout, lui exigeait de s’assurer que les lois ont été respectées dans tous les états.

Les brouillons de Lincoln avaient terminé avec une question dramatique pour le Sud: « Sera-ce paix ou épée ? » Sur les conseils du Secrétaire d’État William Seward, cependant, Lincoln a abandonné cette fin combative en faveur d’un dernier appel conciliant à leur histoire et expériences partagées :

« Je suis répugne à finir. Nous ne sommes pas ennemis, mais amis. Nous ne devons pas être des ennemis. Bien que la passion les ait éprouvés, elle ne doit pas briser nos liens d’affection. Les accords mystiques de la mémoire, s’étendant de chaque champ de bataille et tombe de patriote, à chaque cœur vivant et foyer, partout dans ce vaste pays, vont encore gonfler le chœur de l’Union, quand ils sont à nouveau touchés, car ils seront sûrement, par les meilleurs anges de notre nature. »

Pourquoi était Lincoln si « répugne à finir » ? Il semble qu’il croyait que c’était son dernière, meilleure chance pour sauver l’Union sans guerre. On sent qu’il se sentait que tant qu’il continuerait à parler, on peut supposer qu’ils seraient à l’écoute, et peut-être ouvert à retourner. Pourtant, dès qu’il a terminé son allocution, il y aurait une finalité menaçant concernant tous la situation épouvantable. S’il ne les avait pas convaincus à ce moment-là, il serait alors trop tard. Malheureusement pour notre pays – comme le sort, ou la providence, a voulu – cela se avérerait être le cas.

Kevin J. Wood

18 mars 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *