La (pas tellement) « Grande Vérité » de la Confédération

[Ce qui suit est une version abrégée ; la version complète de l’article du blog est disponible en anglais et en espagnol.]

Quand Abraham Lincoln a donné son premier discours inaugural, notre grande expérience d’une république démocratique moderne semblait vouée à l’échec après moins d’un siècle d’existence. Pourquoi ?

Certains ont maintenu que la cause de la guerre civile avait finalement plus à voir avec la question des droits des États que l’esclavage. Mais les droits des États étaient presque toujours discutés dans le contexte d’une autre question, et le plus courant d’entre eux était l’esclavage. Et c’était la question de l’esclavage qui a menacé à plusieurs reprises et avec force de nous briser.

La Confédération a adopté sa propre Constitution seulement une semaine après l’investiture de Lincoln. Par rapport à la Constitution des États-Unis, la différence la plus notable n’était pas les droits des États, mais le traitement de l’esclavage : alors que la Constitution des États-Unis protégeait l’esclavage à contrecœur où elle existait déjà, même pas le mentionnant par son nom, la Constitution de la Confédération le protégeait explicitement.

Dix jours plus tard, le vice-président confédéré Alexander Stephens a prononcé un discours expliquant les différences entre les deux constitutions. Il a reconnu que l’esclavage « était la cause immédiate de la récent rupture et la révolution actuelle » (pas les droits des États) et a noté que lorsque la Constitution des États-Unis a été adoptée en 1787, même les sudistes tels que Thomas Jefferson croyaient « que l’esclavage de l’Africain était en violation des lois de la nature ; qu’il était mauvais en principe, socialement, moralement et politiquement. C’était un mal, qu’ils ne savaient pas bien comment traiter, mais… en quelque sorte ou autre dans l’ordre de la Providence, l’institution serait évanescente et décéderait. »

Puis Stephens a fait une affirmation étonnante : sur ce point, les fondateurs étaient fondamentalement mauvais ; l’esclavage de la race africaine n’était pas un mal, mais un bon, ordonné par Dieu lui-même. Et c’étaient les fondateurs de la Confédération, la génération actuelle, qu’étaient les premières personnes à être vraiment éclairée sur ce fait ! :

« Notre nouveau gouvernement est fondé sur l’idée exactement opposée ; ses fondations sont posées, sa pierre angulaire repose sur la grande vérité, que le nègre n’est pas égale à l’homme blanc ; que l’esclavage – la subordination à la race supérieure – est son état naturel et normal. Ceci, notre nouveau gouvernement, est la première dans l’histoire du monde, basée sur cette grande vérité physique, philosophique et morale. »

Stephens était un politicien bien respecté qui avait en général des opinions modérées et s’est opposé initialement à la sécession. Donc ses paroles franches reflètent probablement les opinions de la majorité des sudistes blancs vers l’esclavage à cette époque, et montrent qu’ils devenaient de plus en plus radicalisés et retranchés dans leurs opinions avec le temps.

Vivant comme nous le faisons aujourd’hui dans un monde fortement affecté par des éléments extrémistes, il nous incomberait d’envisager comment le Sud est arrivé à ce point. Je dirais que tous les éléments suivants a joué un rôle : attitudes et politiques tournées vers l’intérieur ; préjugés raciaux fondés sur des malentendus et l’arrogance ; ressentiment à l’agression et la domination perçues du nord ; peur des effets économiques et mode de vie futures de perdre de l’influence politique au niveau national ; et la volonté d’utiliser aveuglément la religion pour justifier les actions et les croyances. Il est facile de permettre à la peur, les préjugés, le ressentiment, un sentiment d’impuissance, etc. d’être son guide – si une personne ou une nation –, mais ceux-ci ne conduisent généralement en fin de compte pas à la vérité, la justice ou la bonté.

LinkedIn-LogoSquareKevin J. Wood

1er avril 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *