Les émeutes de Baltimore d’avril … 1861 !

[Ce qui suit est une version abrégée ; la version complète de l’article du blog est disponible en anglais et en espagnol.]

C’est avril et le peuple de Baltimore manifeste violemment. Non, je ne parle pas des récentes émeutes, mais plutôt ceux d’avril 1861 !

Le 18 avril de cette année, la nation était dans un état d’agitation complète. Virginie venait de voter de faire sécession de l’Union et de rejoindre les sept états du Sud originels dans la Confédération, et Maryland menaçait de quitter ainsi. Washington, DC attendait anxieusement l’arrivée des troupes du Nord pour protéger la ville.

Alors que les premières troupes traversaient Baltimore – un foyer sécessionniste – une foule en colère a jeté des briques et des pierres, causant des blessures graves. Le lendemain, un autre régiment est arrivé et fut confronté à une foule armée de pistolets et de couteaux. La situation s’est intensifiée, et quatre soldats et une douzaine de civils ont été tués, les premiers morts de la guerre civile. La foule a aussi pillé et détruit des propriétés comme le bureau d’un journal pro-Union allemand.

Comment le président Lincoln, encore nouveau pour le poste, répondrait-il aux émeutes? Sa réponse révèle quelque chose des processus de pensée, du tempérament et du caractère que plus tard seraient reconnus pour ce qui lui faisait un leader efficace.

  1. Il a donné à ses adversaires l’occasion d’être entendus

Lincoln a donné aux officiels d’état et locaux l’occasion de plaider leur cause que pas plus des troupes du Nord devraient être autorisés à passer à travers non seulement de Baltimore, mais aussi d’aucune partie de l’ensemble de l’état.

  1. Il a consulté d’autres

Lincoln a consulté son cabinet, dont la discussion franche lui permettrait de prendre en considération les mérites des points de vue conflictuels alors qu’il délibérait sur le meilleur plan d’action.

  1. Il a pris une décision cohérente avec ses obligations et avec la justice

Bien que Lincoln ait désespérément besoin de garder le Maryland dans l’Union, il ne pouvait pas accepter les demandes de ses officiels et toujours satisfaire sa propre obligation de défendre Washington: « Je dois avoir des troupes pour défendre cette capitale. Géographiquement, il est entouré par le sol du Maryland; et mathématiquement la nécessité existe qu’ils devraient venir sur son territoire… »

  1. Il a utilisé l’humour pour aider à expliquer son raisonnement et pour atténuer les tensions

« …Nos hommes ne sont pas des taupes, et ne peuvent pas creuser sous la terre ; ils ne sont pas des oiseaux, et ne peuvent pas voler dans les airs. Il n’y a pas moyen que de marcher à travers, et c’est ce qu’ils doivent faire. »

  1. Il a fait des concessions lorsque cela était possible

Lincoln a ordonné les troupes ultérieures à venir par bateau à Annapolis et puis continuer en train ou à pied à Washington, afin d’éviter Baltimore.

  1. Il n’a pas agi par vengeance ou mesquinerie

Lorsque le gouverneur a appelé la législature de l’état à une session extraordinaire une semaine plus tard, le général Benjamin Butler a demandé à Lincoln de lui permettre de « mettre dans un sac [arrêter] le nid entier du législateurs traîtresses de Maryland ». Lincoln a choisi plutôt de leur permettre de se rencontrer, et son pari a rapporté quand ils ont adopté une position neutre dans le conflit tout en rejetant de manière écrasante la sécession.

  1. Il n’a pas permis la critique inflammatoire à l’influencer

Les émeutes de Baltimore ont immédiatement été immortalisés dans le poème « Maryland, mon Maryland » – maintenant la chanson officielle de l’état – qui pousse les gens à « venger le carnage patriotique qui moucheté les rues de Baltimore », et qui appelle Lincoln un despote et un tyran. Lincoln n’a pas permis ces, ni nombreux autres, commentaires vitupérants et inflammatoires l’influencer ou influencer ses décisions.

  1. Il a tenu fermement à sa décision

Au cours des prochaines années, Lincoln prendrait beaucoup de décisions controversées et sévères afin de garder le Maryland dans l’Union, y compris mettant en prison des officiels pro-confédérés. Mais celles-ci ont toujours été prises avec la compréhension qu’ils étaient seulement justifiées par les conditions extraordinaires de rébellion civile, et il a toujours opté pour une approche plus souple lorsque c’était possible.

Peut-être ceux qui sont responsables de répondre aux récentes émeutes de Baltimore feraient bien d’étudier la réponse de Lincoln en 1861, dans l’espoir de prévenir ses rues d’être « mouchetée » encore plus.

LinkedIn-LogoSquareKevin J. Wood

1er mai 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *